Médias Sociaux et usurpation d'identité (2)

Médias Sociaux et usurpation d'identité (2)

La semaine dernière, nous avons vu ce qu’était l’usurpation d’identité. Nous allons nous intéresser cette fois aux différences entre les réseaux, et à comment vous pouvez réagir si vous en êtes victime.

Quels réseaux sociaux sont touchés ? 

Facebook est une plateforme très utilisée, notamment par les entreprises.

En général, ces arnaques sont utilisées pour recueillir des informations personnelles, revendues à des entreprises de marketing ou utilisées à des fins illégales.

LinkedIn est une plateforme orientée essentiellement vers les professionnels. 

Twitter est une plateforme de messagerie publique utilisée autant par les particuliers que les marques, les partis politiques ou les institutions. 

Instagram est une plateforme sur laquelle les petites entreprises, les entrepreneurs individuels et les influenceurs sont particulièrement représentés. 

Que faire en cas d’usurpation d’identité ? 

Les plateformes de média sociaux possèdent tous des outils pour demander le retrait des faux comptes. 

Facebook

Cette page permet de “signaler un imposteur”.

Twitter

Cette page explique ce qu'il faut faire pour signaler une usurpation d'identité.

Vous pouvez soit signaler directement un compte, soit signaler à partir d'un profil ou d'un tweet.

Toutefois, n'oubliez pas que sur Twitter, les comptes parodiques sont autorisés -il faut donc noter que dans ce cas précis, Twitter n'agira pas.

Instagram

Instagram n'enquête sur les usurpations d'identité que si elles sont signalées par la victime ou par un représentant de la personne concernée. Si vous connaissez la personne mais que vous ne la représentez pas légalement, vous devez donc lui signaler l’usurpation de son compte afin qu’elle fasse les démarches elle-même.

Si vous êtes sur Instagram et que vous constatez une violation, vous devez passer par le menu de l’application - le “...”’ - puis “signaler”. 

Si vous n’y êtes pas, un formulaire existe sur cette page.

Est-ce efficace ?

De nombreux témoignages sur internet montrent que très souvent, il faut faire beaucoup d’efforts pour qu’un faux compte soit supprimé et que les utilisateurs ont de grandes difficultés à joindre le service support des plateformes des médias sociaux , qui ne répondent souvent que par messages automatisés.

Cette influenceuse, par exemple, a eu de la chance - le faux compte de son entreprise a été rapidement supprimé - elle affirme néanmoins que ça a coûté plusieurs jours de travail à 3 personnes, et qu’il était très difficile voire impossible de communiquer avec Instagram.

Cette blogueuse, par contre, a tellement de difficultés à faire retirer la copie pro-Trump de son compte qu’elle en appelle à l’aide de sa communauté pour multiplier les signalements sur le faux compte. Dans son cas, l’attaque semble très personnelle et va probablement au-delà d’une simple nuisance commerciale.

Ce rapport de l’équipe de communication stratégique de l’OTAN  -qui s’intéresse à la manipulation sur les média sociaux avec des objectifs politiques - a même montré que plus de 90% des comptes signalés n’étaient jamais retirés.

Une approche proactive

Vous pouvez effectuer des recherches régulières sur votre nom de marque ou votre nom personnel. Cependant, il ne faut pas oublier d’ajouter des variantes crédibles et ressemblantes - doubler une consonne, ajouter un symbole comme un "underscore" (_), ajouter un nombre … 

Si vous avez des hashtags spécifiques (contenant par exemple le nom de votre marque), n’oubliez pas de les vérifier régulièrement aussi.

Vous pouvez utiliser Google Images pour rechercher des images identiques à votre logo, votre bannière, ou à vos photos personnelles - comme votre photo de profil par exemple.

Si cette veille vous paraît compliquée et chronophage, n’hésitez pas à faire appel à une équipe d’experts.

Sur les réseaux sociaux, il est relativement facile d’usurper une identité. Une veille constante est donc nécessaire pour vous assurer que personne ne vole l’identité de votre marque ou se fait passer pour vous. En effet, le risque pour une marque est élevé - c’est votre réputation en ligne qui est en jeu ! Une usurpation d’identité peut signifier une perte de confiance de vos clients, et donc à une perte de chiffre d’affaires. 

La semaine nous parlerons des rapports entre le piratage et l'industrie du jeu vidéo.


Facebook Twitter LinkedIn Google+