5 raisons pour lesquelles les internautes piratent votre contenu

5 raisons pour lesquelles les internautes piratent votre contenu


Le piratage existe depuis les débuts de l’informatique grand public, mais c’est dans les années 2000 qu’il s’est réellement démocratisé, avec l’apparition de Napster et des sites de peer-to-peer. 

De nombreuses lois ont été passées, locales et internationales. Difficile d’ignorer que le piratage est illégal. Et pourtant, les chiffres du piratage ne baissent pas, bien au contraire - ils ont même beaucoup augmenté pendant les restrictions dues à l’épidémie de covid 19. Le piratage sur mobile est depuis lui aussi de plus en plus répandu depuis quelques années.


Pourquoi pirater, alors que tout le monde sait que c’est illégal? 


Les personnes qui téléchargent du contenu illégalement s’expriment plutôt librement sur le sujet. Nous avons donc lu des centaines de messages sur les fils de discussion sur Quora  ou sur Reddit (qui possède même son propre SubReddit consacré au piratage) ce qui nous a permis d’entrevoir que les raisons sont un peu plus complexes qu’un simple «je ne veux pas payer». 


1. Le prix


Débarrassons-nous de l’argument le plus évident - le prix. 


Les arguments que nous avons retrouvés le plus fréquemment chez les utilisateurs occidentaux sont rarement un simple «c’est trop cher».

Voici les raisons les plus fréquemment invoquées :


Par contre, en dehors d’Europe et des États-Unis, l’argument pur et simple du prix revient beaucoup plus fréquemment. Ce jeune africain l’explique parfaitement : 


 


Il écrit ici que le coût total d’un jeu vidéo comme Battlefield — acheter le jeu et le coût de la bande passante pour le télécharger — lui revient à 180 USD. Sa mère, en une semaine, en gagne 120. Soit il joue à la version crackée qu’il trouve au marché pour 10 USD, soit il n’y joue pas.

Dans de nombreux pays en développement, l’argument est littéralement «c’est trop cher». 

2. Le contenu est indisponible dans mon pays 


Cet argument revient très fréquemment, que ce soit en Europe ou dans les pays en développement. Pour des raisons commerciales, légales, et parfois politiques, il est parfois impossible d’accéder au contenu que l’on veut regarder. 

Même les catalogues Netflix ou Prime sont différents d’un pays à l’autre — ce que de nombreux internautes résolvent grâce à l’utilisation d’un VPN — restant ainsi aux frontières de l’illégalité. 


Une variante de cet argument est d’ailleurs parfois «le contenu est indisponible dans mon pays… pour le moment», mais personne ne veut attendre 3 ou 6 mois de plus pour accéder à un contenu déjà disponible ailleurs dans le monde et dont tout le monde parle sur les réseaux. 

3. Pirater est plus pratique

Vous habitez loin des cinémas, loin des magasins bien approvisionnés des grandes villes, mais vous avez une bonne connexion internet? Il peut être bien plus facile de cliquer sur un lien et d’avoir le contenu recherché en 5 mn plutôt que de vous déplacer…

Parfois le produit recherché est même disponible en ligne, mais les sites pirates ont désormais une UI tellement bien faite que certains les trouvent plus rapides et faciles à naviguer que les sites officiels.

4. Tout le monde le fait


Certains ne se posent pas la question, ou presque. Le contenu est disponible, à portée de clic. Leurs amis, leurs familles, leurs collègues de travail le font en toute impunité. Pourquoi pas eux? Pour résumer, ils ne voient pas de bonne raison de ne pas le faire, donc ils le font. 


5. Pirater est un acte de rébellion contre la société de consommation


Les arguments liés à cet état d’esprit sont les moins fréquents. Quelques philosophes de comptoir lient en effet le piratage à des notions comme «l’art devrait être gratuit» ou  «l’art devrait être disponible pour le plus grand nombre – en piratant, je participe à le propager». D’autres critiquent la façon dont sont conçues les lois sur la propriété intellectuelle et considèrent le piratage comme une forme de résistance, mais ils sont finalement une minorité.


Conclusion


Ce qu’il ressort de tous ces témoignages, c’est que l’argument de la légalité reste très loin derrière tous les autres. Les opposants utilisent des arguments moraux et économiques, mais personne n’écrit «je ne pirate pas parce que j’ai peur d’aller en prison». Les lois existent, mais il est difficile de les faire appliquer, et l’aspect international des réseaux complexifie encore le problème. D’ailleurs, une personne qui ne fait que télécharger du contenu ne se considère pas comme un «?pirate?» - ce terme est avant tout réservé à ceux qui mettent le contenu illégal à disposition. Le téléchargement lui-même bénéficie d’une image bien plus anodine.


Pour protéger votre produit (film, série, musique, jeu vidéo, ebook), la solution la plus fiable, à l’heure actuelle, reste de surveiller les réseaux, et de faire retirer les copies illégales dès leur apparition. N’hésitez pas à nous contacter pour un diagnostic gratuit, nous avons plus de dix ans d’expérience dans le domaine.


La semaine prochaine retrouvez-nous pour un état des lieux du piratage dans l'industrie de la musique.



Facebook Twitter LinkedIn Google+